Les victimes de la déportation

En 1939, de nombreux déportés arrivent des pays occupés
durant la Seconde Guerre Mondiale. De nouveaux camps sont construits.

Une fois arrivée, et après avoir subit un voyage dans d'atroces conditions, les détenus sont rasés, portent un uniforme rayé et un insigne qui désigne leur "crime".
Ils vivent dans des baraques non chauffées: les blocks, entourés de barbelés électrifiés et surveillés par des miradors.
Ils travaillent 16 heures par jour et ne reçoivent comme nourriture qu'un bol de bouillon et un peu de pain.

Morts dans les camps : 3 000 000

 

En France

Au total, 76 000 Juifs ont été déportés de France vers les camps nazis, soit environ un quart de la population juive qui résidait dans notre pays en 1940.
Au début de la Seconde Guerre mondiale, bien qu'il soit difficile de l'évaluer exactement, on considère que 330 000 Juifs, approximativement, résidaient en France et que la moitié d'entre eux était étrangers.

2 500 déportés juifs seulement ont échappé à l'extermination.


Avec les 3 000 Juifs morts dans les camps français d'internement et le millier de Juifs exécutés ou fusillés comme otages, le bilan total avoisine les 80 000 victimes.

 

 

Les autres victimes de la déportation
en Europe et en France

Pour l'ensemble de l'Europe soumise à l'annexion ou à l'occupation de l'Allemagne nazie, nous ne disposons pas d'un bilan global précis du nombre de déportés qui ne relevaient pas de la « solution finale » : on avance les chiffres de 550 000 à 650 000.personnes.

En France, dans les années 1950-1960, l'enquête sur la déportation conduite par le Comité d'histoire de la 2ème guerre mondiale a dénombré 66 000 déportés « non raciaux », dont 1/3 seulement ont survécu à la déportation.

En 2004, le Livre-Mémorial, édité par La Fondation pour la Mémoire de la Déportation ( FMD ), aboutit à un bilan sensiblement plus élevé : près de 86 000 « déportés de répression » ( résistants, politiques, otages, républicains espagnols ), dont 40 % sont morts dans les prisons ou les camps nazis.
Parmi ces déportés :
- 7 000 Républicains espagnols réfugiés en France et livrés aux nazis par le gouvernement de Vichy ;
- et 5 000 résistants déportés dans le cadre du décret « Nuit et Brouillard ».

( Les directives sur la poursuite pour infractions contre le Reich ou contre les forces d’occupation dans les territoires occupés sont un décret du 7 décembre 1941 signé par le Maréchal Wilhelm Keitel et ordonnant la déportation pour  tous les ennemis ou opposants du Reich, dans le cadre de dispositions dites " Nuit et brouillard " )

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×